Actualités

Le plan 1 JEUNE 1 SOLUTION, un espoir pour la jeunesse post-covid19 ?

Pour que la « génération confinement » ne devienne pas une « génération perdue », et qu’aucun jeune ne soit laissé sur le bord de la route, le gouvernement a annoncé le 23 juillet son plan en faveur de l’emploi…

Pour que la « génération confinement » ne devienne pas une « génération perdue », et qu’aucun jeune ne soit laissé sur le bord de la route, le gouvernement a annoncé le 23 juillet son plan en faveur de l’emploi des jeunes. Dans un contexte économique incertain en raison de la crise sanitaire, l’arrivée de 750 000 jeunes sur le marché de l’emploi s’annonce compliquée. Ce plan, d’une enveloppe globale de 6,5 milliards d’euros sur deux ans, a pour objectifs d’améliorer leur insertion professionnelle et de leur permettre de trouver une place dans la société.

DES MESURES POUR L’ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Pour favoriser l’embauche de 450 000 jeunes d’ici janvier 2021, l’Etat a créé une compensation de charges incitatives pour les entreprises. Celles qui recruteront des jeunes de moins de 25 ans pour un contrat d’au moins trois mois, pour un salaire jusqu’à 2 SMIC, recevront une compensation de charges à hauteur de 4 000 € sur un an (pour tout jeune recruté avant janvier 2021.

La filière professionnelle et ses étudiants se trouvent également au cœur de ce plan. Le plan prévoit une aide exceptionnelle versée pour chaque contrat d’apprentissage ou de professionnalisation signée jusqu’à fin février 2021. D’un montant de 5 000 à 8 000 € par contrat, elle concerne les jeunes à partir de 16 ans et son éligibilité va jusqu’au niveau master 2. Le gouvernement attend un impact de 330 000 contrats signés bénéficiant de cette prime.

Si la période a renforcé pour certains jeunes la volonté de s’investir dans une mission d’intérêt général, ils auront, grâce à ce plan, plus de possibilité pour trouver une mission en service civique. À la rentrée 2020, 100 000 services civiques seront proposés aux jeunes de 16 à 25 ans portant à 240 000 le nombre de missions proposées en 2020. Néanmoins, pour certains, cette mesure doit appeler à la vigilance afin de ne pas précariser les jeunes. En effet, avec une rémunération comprise autour de 470 – 580 euros, un jeune ne peut que difficilement subvenir aux besoins de la vie quotidienne (logement, alimentation, déplacements, loisirs, …).

De plus, des emplois en direction des jeunes seront créés dans le secteur associatif (2 000), dans les TPE / PME centrés sur la transformation écologique des modèles économiques (1 000) et dans le domaine du sport (2 500).

 

DES MESURES POUR SE FORMER AUX MÉTIERS D’AVENIR

Sur l’application « Mon Compte Formation », les jeunes de moins de 25 ans sans qualification pourront accéder à 100 000 offres de formation qualifiante ou pré-qualifiante sur les filières stratégiques et d’avenir : transition écologique, soin et santé, numérique, secteurs prioritaires dans le plan de relance. Il vise la formation de 16 000 infirmiers et aides-soignants, 15 000 formations aux compétences numériques de base attendues sur le marché du travail et 20 000 formations aux métiers du numérique (développeur, data-scientistes, techniciens, créatifs, communication…) pour les jeunes non qualifiés.

La rémunération des stagiaires en formation sera également revalorisée avec 200 à 500 euros supplémentaires.

Quid des lycéens et des étudiants ? Des places supplémentaires seront créées pour la rentrée 2020 dans les filières les plus demandées à l’université et dans les formations paramédicales (10 000). Des places supplémentaires seront également créées dans les lycées pour des formations professionnalisantes en BTS et CAP (11 700). Pour élargir l’accès des jeunes issus des quartiers prioritaires de la ville ou de zones rurales à l’éducation supérieure, le plan ministériel vise également à doubler le nombre de bénéficiaires des cordées de la réussite et des parcours d’excellence pour atteindre 180 000 élèves.

Enfin le développement de parcours personnalisés pour les décrocheurs entre 16 et 18 ans sera nettement renforcé avec la prise en charge de 35 000 jeunes. La mise en place de ces parcours nous semble absolument essentielle dans l’acquisition de compétences socles, de confiance en soi et d’autonomie et permettront aux jeunes décrocheurs de se construire un parcours d’avenir.

C’est ces mêmes objectifs que nous développons à travers les programmes jeunes mis en place par la Fondation Nexity et co-construits avec des associations de terrain.

 

 DES MESURES POUR L’ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES ÉLOIGNES DE L’EMPLOI

Pour les jeunes les plus éloignés de l’emploi, rencontrant des difficultés d’insertion professionnelle ou sociale particulières, le plan propose un élargissement et un renforcement des mesures existantes.

Ainsi, Il créé 60 000 Parcours Emploi Compétences (PEC) supplémentaires, un parcours emploi-formation-accompagnement qui permet à ces jeunes de travailler et de se former grâce à des mises en situation professionnelle dans le secteur associatif ou public. Les Contrats Initiatives Emploi (CIE) ciblés sur les jeunes les plus éloignés de l’emploi compléteront le dispositif avec des aides financières pour les employeurs et un impact attendu de 60 000 emplois CIE jeunes.

Le plan cible également l’entrée de 35 000 jeunes dans le dispositif « Insertion par l’activité économique », grâce aux 4 000 structures de terrain (chantiers d’insertion et associations notamment) qui les accueilleront.

Enfin l’accompagnement qualitatif est remis au cœur du dispositif. En effet, lever les freins sociaux, économiques et psychologiques demandent de l’écoute et du temps. Pour aller dans ce sens, la Garantie Jeunes bénéficiera de 50 % de places supplémentaires et 80 000 nouveaux Parcours d’Accompagnement Contractualisé vers l’Emploi et l’Autonomie (PACEA) seront débloqués (s’ajoutant au 340 000 initialement programmés). L’Accompagnement Intensif Jeunes (AIJ) est également renforcé avec 210 000 accompagnements supplémentaires prévus et 3 000 places sont créées dans le dispositif SESAME pour accompagner les jeunes décrocheurs vers les métiers du sport et de l’animation.

Ces mesures en faveur des jeunes et en particulier des jeunes décrocheurs ou des jeunes éloignés de l’emploi étaient attendues par les professionnels du secteur depuis longtemps. Ces mesures s’appuient sur des dispositifs testés et mis en œuvre par les acteurs de terrain et qui ont prouvé leur pertinence et leur efficacité.

Il s’agira à l’issu de 2021 de pérenniser ces accompagnements pour que durablement chaque jeune puisse se projeter dans un parcours professionnel et le réussir.

Retrouvez nos autres projets sur Actualités

De la tourmente à la reconstruction, l’enjeu du lieu de vie dans les violences conjugales

Longtemps considérées comme des affaires de familles relevant de la sphère privée, les violences conjugales s’inscrivent désormais dans le débat public. Depuis 2016 et le m […]

> Lire la suite

Les violences faites aux femmes en Europe, fracture entre le nord et le sud

Le 25 novembre aura lieu la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes. Selon une estimation de l’Organisation Mondiale de la Sante datant de 2 […]

> Lire la suite

La précarité menstruelle, facteur d’inégalités femmes/hommes

En France, 1,7 million de femmes manquent de protection hygiénique[1] et plus d’une femme sur trois ne change pas suffisamment de protection ou à recours à l’utilisation de […]

> Lire la suite