Actualités

Agir pour l’hygiène et la santé des personnes en situation de grande précarité

Dans la période actuelle que nous traversons, les conditions de vie des personnes en situation de précarité ne cessent de se détériorer. Selon les estimations de la Fondation Abbé Pierre, 300 000 personnes en France sont sans domicile fixe, soit deux…

Dans la période actuelle que nous traversons, les conditions de vie des personnes en situation de précarité ne cessent de se détériorer.

Selon les estimations de la Fondation Abbé Pierre, 300 000 personnes en France sont sans domicile fixe, soit deux fois plus qu’en 2012[1]. Or, ces populations, qui se trouvent dans un état très vulnérable n’ont pas accès aux besoins essentiels, et notamment à l’hygiène et la santé. Cette précarité hygiénique aggrave d’autant plus le sentiment d’exclusion sociale déjà éprouvé.

En effet, les dispositifs publics gratuits, tels que les bains-douches municipaux, sont de plus en plus rares. Par exemple, à Paris, l’entrée aux 17 bains-douches est gratuite mais ces derniers sont mal adaptés aux publics vivant dans la rue puisque les produits d’hygiène ne sont pas fournis et parfois les « bagages » doivent rester à l’extérieur. Certains centres d’accueil de jour proposent également des lieux où se doucher mais cela reste peu répandu et ces centres sont généralement saturés.

En effet, selon une étude menée par la Croix-Rouge Française en 2012, seulement 15 % des personnes sans domicile fixe peuvent se permettre des douches quotidiennes, et 50 % d’entre eux ne possèdent pas les produits d’hygiène nécessaires[2]. Or, pour les personnes sans-abri, l’hygiène est un facteur essentiel pour la santé, mais également pour l’estime de soi et leur insertion sociale.

Face à ce constat alarmant, comment améliorer l’accès aux soins, à la santé et à l’hygiène des populations les plus fragiles ?

L’association MOBIL’douche a été créée en 2009, afin de proposer aux personnes sans-abri et mal logées un service d’hygiène, où qu’elles se trouvent, grâce à des camping-cars aménagés leur permettant d’aller directement à l’encontre des personnes isolées et précaires.

Outre les douches, l’association propose également aux personnes qu’elle accueille des kits d’hygiène, des vêtements et la possibilité de se réunir, puisque chaque personne peut rester le temps qu’elle souhaite. Les Mobil’douches fonctionnent en maraude ou s’appuient sur des structures d’accueil qui ne bénéficient pas de douches : c’est la mobilité qui fait la force de ce concept.

Les bénéficiaires retrouvent ainsi une intimité, l’estime de soi et la force de s’intégrer à nouveau dans la société ainsi que la volonté de chercher un emploi ou de s’engager dans une formation, afin de pouvoir sortir de la rue.

Les maraudes ont lieu en Ile-de-France ainsi qu’à Avignon. Depuis le 1er septembre 2020, c’est l’association Depaul France qui a repris les activités de l’association MOBIL’douche en Ile-de-France.

Pour suivre les actions des deux associations, rendez-vous sur leurs sites respectifs :

Mobil’Douche

DePaul France


[1] https://www.fondation-abbe-pierre.fr/actualites/pres-de-300-000-personnes-sans-domicile-en-france

[2] https://www.donsolidaires.fr/lhygiene-pour-les-sans-abris-un-facteur-favorisant-la-sante-et-linsertion-sociale/

Retrouvez nos autres projets sur Actualités

Retour sur la mobilisation de Nexity aux côtés de la Fondation pendant la crise sanitaire

En France, la crise sanitaire a fortement accentué les inégalités sociales et économiques : la mise à l’abri ainsi que l’aide alimentaire sont devenues les prior […]

> Lire la suite

L’éducation à la santé des jeunes en Seine Saint Denis, un levier d’insertion sociale et professionnelle

L’accès à la santé révèle-t-il des inégalités sociales et territoriales ? Est-ce que les jeunes en situation de précarité ont le même niveau de connaissance ou de cons […]

> Lire la suite

La Maison Reposante d’Ikambere, un lieu de sérénité et de bien-être pour les femmes précaires

Contrairement aux idées reçues, les femmes constituent aujourd’hui la majorité des personnes en situation de précarité, le risque de précarisation étant accentué pour les […]

> Lire la suite